Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Graines d'anarchie...

L’IAE et les bons sentiments…

 

Les structures d’insertion par l’activité économique ont été crée à une époque ou l’on parlait de la fracture sociale.

 

Le législateur a demandé au secteur associatif de concevoir et de porter des dispositifs qui auraient pour vocation de proposer une activité conduisant à l’emploi.

 

Le secteur associatif est dirigé par des conseils d’administration constitués d’administrateurs bénévoles.

 

La présence de ces administrateurs est essentiellement due à une volonté humaniste individuelle qui peut prendre différentes formes : intérêt, affinité, amitié, vocation, sacerdoce…

 

La vocation première du monde associatif est de proposer soit un palliatif quand nous somme face à un déficit. Soit un dérivatif quand nous somme face à un trop plein…

 

Le législateur choisi donc de faire reposer sa politique d’insertion par l’activité sur des valeurs que l’on pourrait nommer, pour reprendre un termes utilisé par l’Académicien Pierre Nora de « vertuisme » et non sur des critères objectifs prenant en compte l’inadéquation de l’offre et de la demande, l’inadéquation des filières qui sont sensé conduire à l’emploi avec les besoins réels du secteur marchand. 

 

Ce constat est dramatique, mais il permet de mieux comprendre et de mesurer l’écart qui sépare ces structures construites sur des bons sentiments des attentes ou besoins des secteurs vers qui elles sont censées conduire et qui répondent pour elles au seul critère de la valeur ajoutée. 

 

C’est pour ces raisons que les nouvelles attentes du législateur en termes d’objectifs de l’IAE se heurtent aujourd’hui aux projets associatifs des structures qui font l’IAE.

De Palliatives, elles doivent devenir réponse.

De dérivatives elles doivent devenir solution.

De parallèle elles doivent devenir transversale.

 

Ces quelques lignes ont pour objectif de provoquer les deux parties en présence. Le législateur qui en se reposant sur le monde associatif a sous-traité l’exclusion (vous pouvez le prendre au premier degré).

Le monde associatif qui a nourri l’exclusion pour pérenniser son action en offrant une activité temporaire et parallèle, là ou il aurait dû proposer une activité temporaire transversale.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article