Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Graines d'anarchie...

Macron… Ou, le flagrant déni de réalité du peuple et de ses « élites »…

Macron… Ou, le flagrant déni de réalité du peuple et de ses « élites »…

J’adore tous ces politiques, tous ces experts, tous ces médias quand ils martèlent les sempiternels « les français veulent » ou « les français attendent » ou encore mieux « les français pensent ».
Vu la teneur de ces affirmations il est évident qu’elles sont toutes le fruit du microcosme immédiat de ceux qui les profèrent.

La réalité est toute autre. 

Dans les faits et sur la base des dernières législatives, 61,56 % des inscrits sur les listes électorales refusent et rejettent la représentation nationale proposé par le régime représentatif.
Dans les faits toujours, le socle réel des électeurs de Macron est de 18,19% des inscrits (score au premier tour de la présidentielle de 2017. Source : interieur.gouv.fr)
18,19% d’adhésion réelle. Avouez que c’est plus que minable pour s’auto-proclamer dieu grecque.

De fait, parce que dans les faits et après un tout petit effort d’analyse, Macron est le parfait bouc émissaire pour minimiser les événements qui arrivent.

Pour le capitalisme il est le rêve absolu : Un jeune cul complètement inexpérimenté, complètement avide de reconnaissance et de pouvoir.

Pour le peuple c’est idem : Un jeune « puceau » sans 5 millions de casseroles au cul et ayant toutes les apparences du gendre idéal (surtout qu’il nique sa prof et que là on dépasse le stade du rêve pour rentrer dans celui du fantasme).

Oui, vraiment le top du top en matière de bouc émissaire.     

Ce type est une vraie manne. 

Le capitalisme ne pouvant plus s’appuyer sur les vieux briscards de la politique, puisque tous les vieux briscards de la politique ont tous sans aucune exception prouvés à maintes reprises qu’ils étaient complètement pourris, complètement incompétent et complètement corrompus. 

L’arrivée du jeune Macron (ce jeune disciple du capitalisme formé chez Rothschild) est donc pour cette engeance une véritable bénédiction. Pire, un don du ciel.

Là aussi c’est idem pour le peuple. 

Enfin un nouveau visage, une nouvelle tête. Un parfait de chez parfait, un : « celui-là il débute et s’il veut durer il va devoir être bon et faire ce que les vieux n’ont pas fait ». 

Une vraie manne que je vous dis. 

Le système ne pouvait pas rêver mieux pour prolonger encore un temps son pouvoir de nuisance.

Il sait (le système) que grâce à l’infantilisation récurante et pilotée des masses nécéssaire au bon fonctionnement de l’élection (régime « représentatif ») et que grâce à l’illettrisme politique construit depuis de siècles par « l’éducation » nationale, qu’il lui est super facile de faire passer un âne pour un cheval de course. Sur ce coup là (présidentielles 2017) son unique problème était de ne pas avoir un nouvel âne à maquiller. Macron est arrivé et la ce fut : « Alléluia !!! », « Bingo !!! »… 

Tout le monde a péter les plombs. Ils ont tous tellement pétés les plombs qu’il s’est immédiatement pris pour Jupiter l’ado pré-pubère.
Sans rire, il est une véritable caricature sur pattes du : « restons simple… Appelez moi Dieu ! »… 

Je ne sais pas si le plus drôle dans cette histoire, c’est la gueule des capitalistes qui ont déjà compris que Macron allait au mieux être un accélérateur de feu et qu’ils allaient y perdre beaucoup plus que ce qu’ils vont y gagner, ou si c’est celle du peuple qui lui va mettre beaucoup plus de temps à comprendre vu « qu’il faut lui laisser le temps de faire et lui faire confiance vu qu’il est élu et que l’élection c’est la démocratie qui parle » ?

Pour finir, la question que je pose aujourd’hui au peuple de France c’est : Combien ça vaut une décision démocratique à 18,19% ?
Ca vaut plus ou moins que 18,19% ? 

#grèvegénéraleillimitée. 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

MARCOS POULIQUEN 09/09/2017 15:27

"ce jeune disciple du capitalisme formé cher Rothschild " je suppose qu'il s'agit d'un jeu de mot sinon c'est une faute d'orthographe aux vues de notre langue Française man, on dit "chez Rothschild", mais je commence à connaitre ton style nous retrouve man