Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Graines d'anarchie...

La lutte des classes n’aura plus lieu…

La lutte des classes n’aura plus lieu…

J’avoue que sur ce coup là ils ont fait très fort. Non contant de m’avoir bloqué à 4 reprises sur Facebook, ils n’ont pas mis plus de 5 semaines à faire la même chose sur Twitter.

C’est vrai que ça complique considérablement ma présence sur la toile et mon pouvoir de nuisance à ce régime corrompu.
Le premier coté fun c’est que ça me libère complètement de ceux qu’ils appellent très pompeusement « les critères de la communauté ».
Tu parle de critères !!!
Les photos de chats, les bêtisier digne de TF1 en fin d’année, les sites islamistes pour bien diviser et donc bien régner, la propagande des régimes dit « démocratique ».

C’est super révélateur dans les faits. Ca prouve que ces réseaux se complaisent dans l’inutilité de leur vocation.
« Les gens ne se parlant plus entre eux ? Très bien !! Merveilleux même !! donnons leur la possibilité de développer leur isolement tout en leur donnant le sentiment que grâce à nous ils rompent enfin avec leur solitude. ».
C’est moche, super moche même. On peu même dire que c’est glauque.

C’est vrai que pour l’essentiel les gens n’ont rien à dire, rien a échanger, rien à partager et donc que pour l’essentiel de ces gens, le simple fait de blablater sur le devenir du chat du voisin ou sur les déboires amoureux de la bouchère de la supérette c’est super valorisant. Surtout quand leur évocation récolte une bonne centaine de « like ».
Ca me rappel mes débuts sur la toile et mon étonnement quand Mat Pokora récoltait 250 000 like sur un « Je vais chez le coiffeur ».
J’avais oublié depuis et grâce à mes filtres, le néant qui remplit ses outils dit de « communication ».

A bien y regarder, le succès des réseaux sociaux est très cohérent. Ils remplissent à merveille ce rôle qui consiste à remplir le vide avec du vide.
C’est niquel pour une société ou l’anomie est élevée au rang de règle, de norme, de loi.
Ils servent de dévidoir, de dérivatif, de soupape de sécurité. Ils sont surement à ce jour les meilleur garant et les meilleurs gardiens de la paix sociale. « T’en a plein le cul ? » « Tu pète un câble ? » « Tu veux pousser un coup de gueule ? » « T’as des choses à dire ? »…
«Pas de souci, fait un tweet ou mieux, pousse une gueulante sur Facebook !!! ». 

Mes 8 ans de présence quotidienne sur Facebook ont fini par forger une certitude. Si les réseaux sociaux avaient existé aux 19ème et début 20ème siècles, la lutte des classes n’aurait jamais eux lieu. Les gens se seraient contenté (comme c’est le cas aujourd’hui) de déverser leur bile sur la toile tous les soirs en rentrant du boulot et toutes les colères et tous les combats se seraient réduit à cette seule et unique forme d’expression.

C’est un nouveau et un vrai paradoxe. 

Comme il est en apparence possible d’exprimer tout sur tout, les gens n’exprime plus rien sur rien. Ils sont content et ils aiment se contenter de ce faux semblant qui les nourrit.
Essayez pour voir quand un con vous sert son « mais en France on a la liberté d’expression. C’est pas partout le cas ! ».
La belle affaire !!!
La vraie question est : En France on à la liberté d’expression et alors, on en fait quoi ?
On sert la soupe au régime et au système ? C’est ça être libre d’exprimer ?
On parle du chat et du cul de la crémière ?

Alors voilà, aujourd’hui je sais. Je sais parce que je l’ai expérimenté durant 8 ans sur les réseaux. En France on a la liberté d’expression tant qu’on ne nuit pas au système. Il n’aura fallut que huit ans au système pour me couper l’accès aux réseaux sociaux. Pourtant je suis bien insignifiant moi le vieil anarchiste.

Le pire dans cette histoire c’est que mon éjection c’est faite grâce à tous ces chiens de garde qui s’ignorent, Ces militants, ces électeurs, même ceux qui jouaient dans « mon » camps s’y sont mis.
Je me souviens des « tu vas trop loin » des « met les formes ».
Il aurait donc fallu selon eux que je m’auto censure pour plaire et perdurer ?
Mais si j’avais fait ça, j’aurai rejoint le flot de ceux qui blablatent et qui parlent pour ne rien dire. De ceux qui remplissent le vide avec leur vide, de tous ces adorateurs du néant. 

Aujourd'hui il me reste cet espace d'expression. Il est moins chronophage et surtout il n'est régit que par les règles que je me fixe moi.  

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

José SISA 06/06/2017 01:44

j'espère te revoir sur les reseaux.
as tu essayé framasphère ? moi c'est par ici : https://framasphere.org/people/a584ea204cc40132515a2a0000053625

Et sinon y'a Diaspora (sur lequel s'appuye framasphère) :
https://diasporafoundation.org/

Donne des nouvelles !

Phil Le Mot Dit 06/06/2017 08:00

Je suis sur framasphère. Ton lien envoi sur un truc nommé "la sorcière tourbillon" C'est toi ça ?
Moi c'est Philippe Drenntel.