Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Graines d'anarchie...

Les vraies décisions de l’électeur…

Les vraies décisions de l’électeur…

L’électeur se dit et se répète en boucle qu’il décide de qui gouvernera demain.
C’est mignon et il fut un temps ou cela ne mangeait pas de pain.

 Sauf que, comme Héraclite d'Ephèse l’a dit « Rien n’est permanent, sauf le changement » et que les temps ont changés.
Alors l’électeur décide de ne pas tenir compte de ce changement de paradigme. 

C’est là, la première décision que l’électeur prend. Celle du déni, du refus de la réalité.

L’électeur sait que ceux qui gouvernent réellement les choses n’ont pas de visages et pas de nom. Il a même élu son dernier président sur ce simple fait, sur cette évidence. Mais les temps on changés et ceux qui étaient clairement identifiés comme étant la cause de tous les maux d’hier ne sont plus du tout porteur des maux qu’ils continuent pourtant à créer.
Donc l’électeur décide de se mentir à lui même. 

C’est là, la deuxième décision que prend l’électeur. Celle de la fuite en avant, celle du renoncement.

Sa troisième décision est induite par les deux première. Comme l’électeur a décidé que celui qui ne gouvernerait pas gouvernera quand même et que son ennemi ne sera plus ceux qui gouvernent réellement vu que comme il a décidé lui que ça ne serait pas comme c’est. Mais que ça sera comme le mensonge qu’il se fait à lui même, l’électeur a besoin d’une toute nouvelle motivation pour pouvoir faire son devoir de « citoyen ».
Alors l’électeur décide de s’inventer des chimères, des faux combats, des faux débats, des boucs émissaires, des usines à gaz. Il prête le flanc à hue, à dia, il se nourrit de ragots, de vessies qu’il prend pour de lanterne. Tout est bon pour qu’il se donne bonne conscience et qu’il se sentent enraciné dans la réalité virtuelle qu’il s’est lui même créé.
C’est là la troisième décision que l’électeur prend. Celle de la foi dans le mythe, dans le « sacré », dans le bouc qu’on égorge en sacrifice sur l’hôtel du dieu Déni.

Comme il vient de faire table rase de l’intégralité du réel et que toutes ses inventions sont profondément anxiogènes, l’électeurs décide d’avoir peur. La peur est une valeur sur elle, elle rassemble. Mieux ! elle unie. Elle permet la transcendance au de la des clivages gauche/droite. 

Elle est la solution ultime. Toutes les fausses perspectives engendré par lui même n’offrant qu’un avenir des plus sombre, elle permet de palier au pire que l’électeur à lui même créé.
Alors l’électeur décide d’avoir peur.
C’est là sa quatrième décision.

C’est fort de cette dernière décision qu’il se rendra aux urnes et c’est fort de cette décision qu’il déclarera fièrement après l’élection « On l’a échappé belle !!! heureusement qu’on a fait front commun… ».

Pour finir, le cycle du temps reprendra sa course immuable, l’électeur réalisera après coup que le changement qu’il espérerait ne s’est pas produit, et il mettra un point d’honneur puisque c’est son devoir de remettre en oeuvre l’intégralité de ce rituel à la prochaine élection. Puisqu’il faut bien qu’il y ait des coupables pour pouvoir les punir…

#BoycottElections.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article