Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Graines d'anarchie...

On vote toujours pour dans une élection…

On vote toujours pour dans une élection…

Même s’il est l’usage de dire « je vais voter contre Pierre, contre Paul ou contre Jacques », dans une élection on vote toujours pour. 
On vote pour un autre. 
On vote pour éviter le pire. 
On vote la peste pour ne pas avoir le choléra.
On vote, mais on ne vote jamais contre.

Penser, croire, défendre toute autre analyse, toute autre lecture de l’élection et de l’acte d’élire est de fait un mensonge que l’on se fait à soit même. 

Donner sa voix n’est pas un acte anodin. Surtout dans un régime représentatif. Donner sa voix c’est se priver en un acte unique et irréversible de l’usage de cette voix et de l’intégralité des droits qui y sont liés. 

Emmanuel-Joseph Sieyès l’explique très bien dans son discours du 7 septembre 1789 devant l’assemblée nationale constituante : « Les citoyens qui se nomment des représentants renoncent et doivent renoncer à faire eux-mêmes la loi ; ils n’ont pas de volonté particulière à imposer. ».
C’est clair, limpide même. On peu même dire que c’est clair et limpide depuis le début que le message du régime représentatif au peuple c’est « Vote et ferme ta gueule ». 

On vote toujours pour, quel que soit le choix, quel que soit le candidat, quel que soit l’issue du vote. On vote toujours pour parce que on vote pour le système. 

Les candidats n’ont aucune importance et 200 ans de suffrages universels en attestent, puisque c’est 200 ans de pouvoir aux bourgeois et ce n’est pas l’octroi d’un élu issue réellement du peuple de temps en temps qui change cette réalité. Les exceptions qui confirment la règle ont pour seul but de noyer les débats derrière des « c’est faux, il y a eu lui ». Ils sont parfait pour nourrir l’illusion démocratique du régime représentatif. Seul contre tous, ces élus de l’exception ne sont jamais dangereux pour le système. Surtout que la corruption inhérente au système s’occupe très rapidement de pervertir même les plus vertueux.   

Oui, on vote toujours pour, parce qu’on ne vote pour le système, pour le régime. Les élus n’étant que les outils qui le servent. 

Même le vote blanc vote pour, puisque lui aussi est pour le système et pour le régime. Certes il ne désigne personne, mais nous venons de voir que l’élu n’a aucune importance. Seule la pérennité du régime et du système compte.  

Pourtant en prenant un tout petit peu de recul, il est facile de voir, de comprendre, d’analyser que c’est le régime qui nous bâillonnes, que c’est le système qui nous tue et que le seul moyen d’en sortir, de s’en sortir. C’est d’en finir autant avec le régime, qu’avec le système. Les hommes politique n’étant que des effets induits ils disparaitraient eux aussi de fait instantanément.  

Alors que faire ?
La révolution ? Une guerre civil ? 

C’est malheureux à dire mais à part ces deux options je n’en vois qu’une seule autre alternative qui serait pacifique.
L’option pacifique ? 

Le boycott des élections. 

Vider les urnes et revendiquer haut et fort la non participation, la non adhésion, la non caution du peuple.
Vider les urnes et descendre dans la rue les jours de scrutins pour exprimer ce rejet, pour qu’il ne soit plus glissé sous le tapis comme le régime et le système ont pris l’habitude de le faire à la barbe de tous et avec la caution de tous puisque tous se taisent… 

A vos consciences citoyens, nous avons un travail initié par nos anciens à finir… 

#BoycottElections.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article